Prise en charge des vulnérables, la priorité du nouveau ministre

C’est au cours de la cérémonie de passation de service, ce 22 mai 2021, que le nouveau ministre des affaires sociales et de l’action humanitaire, Irène Marie Cécile Mboukou-Kimbatsa née Goma a inscrit la prise en charge des personnes vulnérables au cœur des priorités de son action.  

Le ministre promet de poursuivre et de renforcer l’œuvre de la protection sociale des vulnérables. Les catastrophes naturelles, la crise économique amplifier par la crise sanitaire due à la pandémie à coronavirus Covid-19 ont plongé beaucoup de congolais dans la précarité. C’est situation appelle à une réponse immédiate efficace de la part du gouvernement, ce à quoi Irène Mboukou-Kimbatsa a promis d’agir rapidement avec efficacité.

Entre autres dossiers prioritaires qui attendent le ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, il y a la gestion et la pérennisation des acquis des projets en cours d’exécution à savoir le projet Lisungi-Système de filets sociaux qui est un projet de transferts sociaux aux populations vulnérables à travers le cash transfert et l’appui aux activités génératrices de revenus. Le projet Telema de son côté vise le renforcement de l’action sociale pour un meilleur accompagnement des populations vulnérables vers une sortie durable de la précarité. Il a pour cible les jeunes de 16 à 29 ans, adultes vulnérables de 30 à 59 ans, diplômés sans emploi, au chômage, en situation de handicap ou non, qui sont en capacité d’exercer une activité génératrice de revenus ou de poursuivre une formation en vue de leur insertion professionnelle et sociale.

En rappel, en 2020, ces deux projets de lutte contre la pauvreté, à travers notamment le financement des activités génératrices de revenus, n’ont pas été exécutés à cause de la survenue au Congo et ailleurs de la pandémie de la Covid-19. Ainsi, les fonds alloués par la Banque mondiale et d’autres partenaires ont été réorientés vers la prise en charge des ménages durement impactés par les mesures prises pour contrer la pandémie dont le confinement.

Madame Irène Mboukou-Kimbatsa aura aussi un regard sur les centres d’action sociale pour l’apprentissage des métiers dont l’objectif vise à faciliter l’insertion socio-professionnelle des personnes démunies. C’est le cas du centre de développement social de Sembé dans le département de la Sangha. Un autre est en attente d’opérationnalisation à Ntam dans le même département.

Les centres Shongaï d’Otsendé dans la Cuvette et de Louvakou dans le Niari qui méritent également une attention particulière. Ce sont des structures destinées à favoriser l’accès des démunis à l’entrepreneuriat rural à travers la formation des jeunes, la production et la transformation des produits agricoles, d’élevage et de pisciculture dans le pays.

Face à ampleur des défis le ministre a exprimé sa détermination à les relever dans la mesure des moyens qui y seront mis à sa disposition. Le plus grand défi de la ministre pour contribuer à la réduction de la pauvreté est la poursuivre de la mise en œuvre de la politique Nationale d’Action Sociale (PNAS) 2018-2022 dont les trois axes sont incorporés dans le Plan national De Développement (PND) 20218-2022.