LE CONGO ET L’UNICEF SUR LA QUESTION DU BIEN-ÊTRE DE L’ENFANT

La ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire, Antoinette Dinga Dzondo a été rassurée, le 25 octobre à Brazzaville, lors de la réception de la représentante du Fond des Nations Unies pour l’enfance au Congo (l’UNICEF), Micaela Custadio Marques Sousa, que l’UNICEF entendait mener à bien ses actions en faveur des enfants au Congo.

Au cours de cette rencontre où les deux femmes ont échangé sur  les défis et opportunités des enfants, Micaela a évoqué les violences au niveau communautaire, les violences domestiques, et les violences en ligne. A ce point, elle a expliqué que  l’Unicef va partager, avec le ministère de la Communication, une profonde réflexion et trouver par ailleurs  des stratégies nationales pour une compréhension commune en vue d’assurer la sécurité des enfants.

Selon la représentante de l’Unicef, outre le droit à l’acte de naissance, la qualité d’éducation en milieu scolaire attribuée aux enfants réclament que soient impliqués la famille, l’environnement, et bien entendu les autres membres de la communauté.

« L’Unicef continuera à accompagner le gouvernement et le ministère des Affaires sociales », a-t-elle garanti.

Lors  de cette réunion, la situation des enfants défavorisés, à l’instar des enfants autochtones qui s’inscrit dans le cadre de la protection, a été également évoquée.

Après la Namibie, Micaela Marques Sousa vient en exercice au Congo-Brazzaville. Elle avait présenté sa lettre d’introduction, le 12 septembre auprès du ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger. Elle succède à ce poste Aloys Kamoragiye, le représentant de l’Unicef sortant.