Ewo à l’heure de la certification des listes des bénéficiaires des allocations Covid-19

Environ huit cents ménages identifiés dans le chef-lieu de la Cuvette ouest ont été enregistrés avec des données incomplètes. Cette situation va sans nul doute compliquer non seulement l’opération de certification de ces ménages vulnérables et pauvres mais retarder le paiement des allocations d’urgence qui s’en suivra.  

Lors du lancement de l’opération de certification des ménages pauvres et vulnérables devant bénéficier de l’allocation d’urgence Covid-19 à Ewo, dans le département de la Cuvette ouest, la directrice générale de la solidarité, Anasthasie Ossangatsama, a révélé que plus de sept cents ménages ont des données incomplètes. Les cas sont multiples dans ce sens : certains ont des numéros de téléphone qui fonctionnent mais sans adresse en termes de domicile. D’autres se sont fait registrer mais ont changé de domicile avant le passage des équipes chargées de faire la certification. Il y a également des déplacés qui ne sont plus joignables… Les problèmes qui se poseront dans la gestion de ce genre de dossiers seront traités en contentieux.

Sur 2584 ménages vulnérables et pauvres inscrits, dans les cinq quartiers d’Ewo chef-lieu du département de la Cuvette ouest et autant de villages environnants pour bénéficier de l’allocation d’urgence covid-19, 2565 ont été enquêtés, 1738 ont été reçus et traités. Parmi eux, 440 sont en détresse sociale, 384 en contentieux, 62 vulnérables et pauvres, 72 non éligibles et 3 enregistrés plus d’une fois, a détaillé Anasthasie Ossangatsama.

Bien avant le lancement de la certification, la ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire a mis à la disposition des personnes vivant avec handicap des tricycles et des béquilles pour faciliter la mobilité des handicapés moteurs, des cannes blanches pour les aveugles. Les sinistrés ont bénéficié, eux aussi, des kits alimentaires et de quelques matériaux de construction afin de réhabiliter leurs habitations.