Assistance humanitaire pour les sinistrés des inondations et les personnes vulnérables de la Sangha

Outre l’assistance apportée aux sinistrés, la ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo, a mis à la disposition des écoliers issus des familles pauvres de Ouesso et du village Djaka dans le district de Kabo des fournitures scolaires. La rentrée scolaire est fixée au 12 octobre.

Le geste fait par la ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire vise à épargner les familles des dépenses relatives à la préparation de la rentrée et à donner l’opportunité aux élèves des cycles primaire et secondaire de jouir pleinement du droit à l’éducation après les perturbations connues à cause de la pandémie à covid-19. Cartables, cahiers et autres fournitures, le kit scolaire mis à disposition était complet. « Je suis contente de recevoir ce don pour continuer d’aller à l’école. Je veux devenir ministre moi aussi », a indiqué Divine Oyambassili, élève autochtone en classe de CE2.

Les parents qui réfléchissaient à la préparation de la scolarité de leurs enfants en ces temps difficiles, n’ont pas caché leurs satisfactions.  « L’argent qu’on allait utiliser pour la rentrée sera orienté vers d’autres besoins. Nous souhaitons que ce genre degestes se multiplie », a indiqué Corine Alenga, habitante de Djaka qui, en plus des fournitures scolaires reçus par ses enfants, a elle-même bénéficié d’un kit humanitaire.

Les familles sinistrées ont, quant à elles, reçu les kits humanitaires faits d’aliments, de pagnes, de moustiquaires… Du 28 décembre 2019 au 6 janvier 2020, le ministre en charge de l’Action humanitaire avait amorcé un plan d’intervention au bénéfice des sinistrés victimes des inondations dans la zone septentrionale du pays à cause de la montée des eaux du fleuve Congo et de ces affluents, a rappelé le directeur général de l’action humanitaire, Clément Essieke.

« La survenue de la pandémie de covid-19 n’a pas permis de continuer l’opération telle que prévu dans le plan d’action. En cette période de déconfinement, il est donc question de poursuivre l’œuvre », a-t-il indiqué.