Allocation d’urgence : des chiffres incohérents sur des ménages à Gamboma

Le nombre des ménages vulnérables et pauvres enregistrés, pour bénéficier de l’allocation d’urgence Covid-19, est supérieur au nombre des ménages inscrits.

« Les ménages sur lesquels l’on enquête sont inscrits d’avance dans les bottins. Mais à Gamboma, les enquêteurs malins se sont permis d’enquêter sur des familles qui non seulement ne sont pas dans les bottins, mais aussi ne sont pas connus au sein de la communauté », a expliqué la directrice générale de la solidarité, Anastasie Ossangatsama, lors du lancement des opérations de certification desdits menages, par la ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo.

Or, dans les échanges avec quelques habitants de cette communauté urbaine du département des Plateaux, qui attendent le paiement des allocations d’urgence, certains ont dit avoir payé la somme de 200FCFA, pendant l’enregistrement, auprès des responsables dans les quartiers. Pourtant, le ministère de tutelle a fait une série de communications pour alerter les ménages sur le fait que l’enregistrement des ménages n’est pas payant.

Il n’est pas exclu qu’ils puissent protester, lors du paiement, car ceux qui ont été enregistrés clandestinement par les enquêteurs ne seront pas pris en compte, a indiqué la directrice générale de la solidarité.

Sur un total de 3443 ménages reçus et traités à Gamboma, 1255 sont en contentieux, 12 ne sont éligibles, 113 ayant déjà bénéficié de l’allocation, 95 sont enregistrés plus d’une fois, 1700 sont en détresse sociale, 268 sont vulnérables et pauvres. Les chiffres concernent également six villages environnants de la communauté urbaine.

Par ailleurs, à Djambala, chef-lieu du département des Plateaux, 2884 dossiers des ménages ont été reçus et traités. 1645 sont en détresse sociale, 179 sont vulnérables et pauvres, 164 sont non éligibles, 965 sont contentieux, 31 ont été enregistrés plus d’une fois.

A Ngo, les dossiers reçus et traités sont chiffrés à 2408, 1591 sont en détresse sociale, 119 ont déjà bénéficié de l’allocation. 544 sont en contentieux, 69 vulnérables et pauvres, 8 non éligibles, 77 ont été enregistrés plus d’une fois.

Ainsi, la ministre Antoinette Dinga-Dzondo a bouclé le lancement des opérations de certification des ménages devant bénéficier des allocations d’urgence dans les Plateaux, après avoir fait le même travail dans la Cuvette, la Cuvette-Ouest et la Sangha où elle a également apporté de l’assistance humanitaire, des équipements aux personnes vivant avec handicap…