Affaires sociales : le Congo et l’Union européenne raffermissent leurs liens

La coopération entre les deux parties a été évoquée le 26 septembre à Brazzaville au cours d’une audience que la ministre des Affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, Antoinette Dinga Dzondo, a accordée à l’ambassadrice de l’Union européenne (UE) au Congo, Saskia de Lang.

Les deux personnalités ont, au cours de cette première rencontre, échangé sur des sujets concernant les affaires sociales et passé en revue l’ensemble de la coopération entre l’UE et le Congo, surtout dans ce domaine. « Les affaires sont en fait un sujet transversal qui touche beaucoup de secteurs et nous avons donc constaté que les interventions présentes au Congo, il y a beaucoup d’activités qui ont un caractère social, que les intérêts des Congolais sont au centre de la coopération Union européenne-Congo », a expliqué Saskia de Lang à la sortie d’audience.

Antoinette Dinga Dzondo et son hôte ont également parlé des volets de coopération qui se préparent actuellement au niveau de la gouvernance économique et forestière ainsi que le développement local dont les nouveaux volets vont toucher des aspects sociaux. Ainsi, elles se sont accordées pour aller visiter les activités mises en œuvre par des ONG au Congo et financées par l’UE. « Je me réjouis de préparer de telles visites de terrain avec Mme la ministre pour voir ce qui se fait concrètement et comment on pourrait en tirer des leçons pour répliquer ce genre d’activités peut-être ailleurs dans d’autres départements », a conclu la cheffe de la délégation de l’UE au Congo.

La ministre des Affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité a, de son côté, suggéré à l’ambassadrice de l’Union européenne de l’appuyer dans la réponse aux catastrophes au titre de l’enveloppe B de l’UE qui y est consacrée. Elle a, par ailleurs, souhaité le renforcement des actions en direction des familles vulnérables pour leur redonner la dignité ; le renforcement des capacités du personnel à travers les formations ainsi que la promotion de l’approche à Haute intensité de main d’œuvre (Himo). L’UE devrait également appuyer ce ministère dans la réhabilitation de certains établissements dont l’Institut national des jeunes sourds de Brazzaville.

Rappelons que l’UE est intervenue au Congo depuis 1998 à travers la relance des structures de rééducation fonctionnelle et la réhabilitation du Centre d’appareillage orthopédique, dans le cadre de l’action humanitaire. La coopération entre la République du Congo et l’UE est régie par les accords de Cotonou, signés le 23 juin 2000. En 2011, l’UE a appuyé l’organisation du séminaire international sur la formation des agents sociaux en Afrique. L’appui à Handicap international Hollande ayant permis la formation des agents dans le domaine de la réadaptation et la catastrophe du 4 mars 2012 constituent d’autres volets d’intervention de l’UE au Congo. En 2013, elle avait aussi montré sa disponibilité à soutenir le ministère dans l’implémentation de la Politique nationale d’action sociale. Actuellement, il existe un programme indicatif couvrant la période 2014-2020.