Deux bus pour améliorer la mobilité des enfants vivant avec handicap

Deux bus ont été mis à la disposition de l’Institut national des aveugles du Congo et l’Institut des jeunes sourds de Brazzaville, le 12 juillet dans la capitale. « Dans le cadre d’un projet commun avec la Banque africaine de développement, nous avons répondu à une urgence sociale en faveur des personnes vivant avec handicap », a expliqué le ministre en charge des Télécommunications, Léon Juste Ibombo, remettant symboliquement les contacts des moyens roulants à sa collègue des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, Irène Mboukou-Kimbatsa car ce don est une réponse du projet aux sollicitations de ce département ministériel.

Selon la ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, ce don de cœur est arrivé à point nommé. « Certains parents des enfants vivant avec handicap ont du mal à les scolariser, incapables d’assurer leur déplacement tous les jours. Ces véhicules apportent une solution à ce problème », a-t-elle fait savoir en lançant un appel aux bonnes volontés de continuer d’apporter leur soutien en faveur des couches vulnérables de sorte que dans leur prise en charge personne ne soit mis au bord de la route.

Le projet CAB est un projet qui consiste à interconnecter les pays de la CEMAC à un réseau de télécommunications de haut débit à fibre optique. Placé sous la tutelle du ministère en charge de l’économie numérique, il est financé par la Banque Africaine de Développement (BAD).

Lors de la phase préparatoire du projet Central Africa Backbone (CAB), la Banque Africaine de Développement (BAD) dans ses consultations avait pris attache avec le MASAH pour identifier les besoins susceptibles d’intégrer le volet social de ce projet.  Cette remise est donc la réponse à un besoin exprimé par le Ministère en 2016 à l’endroit de la BAD.

DDAS-PN : 65 adolescentes et jeunes filles-mères réinsérées

La Directrice Départementale des affaires Sociales de Pointe-Noire (DDAS-PN), madame Corelli OKO, a remis ce 30 juin, à l’espace Jean BABA à Mvou-Mvou, des kits d’installation et d’insertion à 65 adolescentes et jeunes filles-mères, dans le cadre du projet sensibilisation sur la Covid-19 et insertion socio-économique des adolescentes et jeunes filles-mères. Les bénéficiaires ont reçu entre autres, les machines à coudre, les machines pour la pâtisserie, les kits de coiffure, etc.

La remise des kits d’insertion a été précédée par la signature des contrats avec les maîtres artisans, les bénéficiaires et la DDAS.

Les bénéficiaires sont des jeunes femmes dont la vulnérabilité a été aggravée par la crise économique découlant de la crise sanitaire due à la pandémie à coronavirus Covid-19. Elles ont été préalablement identifiées parmi des milliers d’autres dans les six arrondissements de Pointe-Noire à travers le Registre Social Unique (RSU) ou par les Circonscription d’Action Sociale (CAS).

Après l’identification, les jeunes filles-mères ont été sensibilisées sur la Covid-19 et le respect des mesures barrières. Elles ont ensuite bénéficié des formations sur : l’intégration dans les milieux d’insertion socio professionnel, la gestion financière, l’inclusion productive et à la création une dynamique de groupe.

La crise sanitaire liée à la COVID-19 a entrainé une crise économique dont les effets sont l’aggravation de la vulnérabilité des filles et des femmes, des inégalités de genre et une augmentation des violences basées sur le genre. Cette situation est plus prononcée dans les villes de Brazzaville et de Pointe-Noire, les villes les plus touchées par la pandémie. Le projet « sensibilisation et mobilisation sociale sur la COVID-19 auprès des adolescents des jeunes couplées à la réinsertion socioéconomique des adolescentes et jeunes filles-mères vulnérables » à Pointe-Noire s’est voulu une réponse à cette situation désastreuse.

Piloté par la Direction Départementale des Affaires Sociales de Pointe-Noire, le projet bénéficie d’un appui financier et technique du bureau de l’UNICEF au Congo.