Des motos pour les circonscriptions d’action sociale difficile d’accès

L’Unicef a mis à la disposition du ministère des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, le 12 mars à Brazzaville, une quinzaine de motos qui serviront aux équipes mobiles chargées de fournir les services de protection aux enfants dans les zones rurales reculées.

Sur le terrain, l’on dénombre 120 circonscriptions d’action sociale dont celles se trouvant dans les zones enclavées, a expliqué la ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo, lors de la réception des moyens roulants octroyés par l’Unicef. « Pour faire l’action sociale, il faut se déplacer. Concernant ce don de l’Unicef, les zones difficiles d’accès seront donc priorisées », a-t-elle expliqué en saluant l’appui de l’agence onusienne en faveur de l’action sociale, notamment la protection des droits des enfants.

Pour sa part, la représentante de l’Unicef au Congo, Micaela Marques De Sousa, a indiqué que l’agence onusienne est heureuse de contribuer à l’atteinte des objectifs que le gouvernement s’est fixés dans le cadre de l’action sociale, notamment la mobilité des agents sociaux sur le terrain, dans les zones reculées. « J’ai la ferme conviction que les besoins de protection des enfants seront satisfaits et que les problèmes auxquels ils sont confrontés et qui nécessitent le déplacement de l’un de vos agents, trouveront des solutions plus rapidement », a déclaré la diplomate onusienne.

Micaela Marques De Sousa a, par ailleurs, salué l’engagement des agents sociaux qui avec très peu de moyens réalisent des résultats tangibles pour la population en général, et les enfants en particulier.

Impfondo boucle la série de paiement de l’Allocation Covid-19 aux ménages vulnérables

La ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo, a lancé le paiement des allocations de Covid-19 à Impfondo, dans la Likouala, le 10 mars. Cette étape marque la fin des opérations de paiements desdites allocations.

« Je croyais que nous étions abandonnés ou oubliés. Nous saluons la réalisation de cette promesse qui consiste à nous aider par rapport à la crise que nous avons traversée au moment fort de la pandémie », a déclaré Timothée Otamba, un des bénéficiaires vivant avec handicap.

A Impfondo 4360 ménages ont été soumis aux opérations de certification à l’issue desquelles 3 911 ont été retenus par le comité pluri-acteurs. Pour la phase de paiement en cours, 3701 ménages sont éligibles et 210 sont rangés dans le mécanisme de plaintes.

Le processus aboutissant au paiement a été long et la ministre s’est expliquée. « Ce processus nécessitait beaucoup de doigté afin d’éviter de tomber dans les dérives et antivaleurs décriées par le président de la République », a indiqué Antoinette Dinga-Dzondo, saluant la patience des bénéficiaires qui, pour la plupart n’y croyait plus. Elle a, par ailleurs, attiré l’attention de ces derniers, face aux arnaqueurs, en précisant que toutes les charges inhérentes au traitement de cette allocation sont supportées par le gouvernement, y compris les frais de transaction.

L’étape d’Impfondo met fin au marathon de paiement initié par la ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire depuis le mois de juillet 2020. A ce jour, plus de 230 000 ménages bénéficient de l’allocation de solidarité Covid-19 et près de 10 000 sont inscrits dans le mécanisme de plaintes.

Les ménages vulnérables de la Sangha, la Cuvette et la cuvette ouest perçoivent l’allocation Covid-19

Les ménages en détresse sociale à Oyo, Owando, Makoua (département de la Cuvette), Ewo (dans la Cuvette-ouest) et Ouesso (dans la Sangha) perçoivent des allocations Covid-19, de 50.000FCFA par ménage, un soulagement selon les bénéficiaires.

La ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo, a parcouru les localités de la zone septentrionale du pays pour lancer le paiement des allocations Covid-19 aux ménages pauvres et vulnérables du 25 février au 1er mars. Dans le département de la Cuvette, il y a eu au total 6490 : 1304 à Makoua, 2256 à Oyo et 2930 à Owando. Le travail s’est poursuivi à Ouesso dans la Sangha où l’on note 3484 bénéficiaires. « Après avoir longtemps attendu, nous constatons que la promesse a été tenue », a indiqué Sylvie Oyoukou, une des bénéficiaires du département de la Cuvette.

Chef-lieu de la Cuvette-ouest, Ewo a totalisé 1514 ménages bénéficiaires de l’allocation Covid-19. « Il y a trois zones pour lesquelles le comité de traitement des plaintes doit poursuivre le travail car les données des ménages ne nous sont pas parvenus faute de connexion », a expliqué Alfred Constant Kiakouama, coordonnateur du projet Lisungi.

En rappel, en dehors de ces localités la ministre Antoinette Dinga Dzondo est passée dans le département des Plateaux où plus de 7000 ménages ont bénéficié des allocations Covid-19, notamment à Djambala, à Gamboma et à Ngo. Pour sa part, la ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire a appelé les bénéficiaires à la vigilance pour ne pas céder aux arnaqueurs qui envoient des messages téléphoniques promettant des facilités, une manière de les escroquer.

Allocation Covid-19 : 7000 ménages en cours de paiement dans les Plateaux

La ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo, a lancé l’opération de paiement des allocations Covid-19 dans le département des Plateaux le 26 février à Djambala.

2172 ménages dont 1361 en détresse sociale, personnes vivant avec handicap, autochtones y compris, perçoivent les allocations à Djambala, chef-lieu du département des Plateaux. « Nous pensions que la promesse faite par le gouvernement n’allait plus être tenue, l’attente a tellement été longue. Aujourd’hui, je suis satisfait de percevoir cette allocation qui me permettra de réaliser une petite activité lucrative pour rattraper le retard accusé lors du confinement lié à la Covid-19 », a indiqué Ferdinand Ipara un des bénéficiaires.

Le préfet des Plateaux, Alphonsine Ompangana, a abondé dans le même sens en soulignant que le paiement lancé vient dissiper les inquiétudes des populations vulnérables et pauvres qui, selon elles, voient leurs peines tant soit peu soulagées. Le maire de Djambala, Emmanuel Mpio, a, quant à lui, salué l’aboutissement de cette initiative qui intègre le plan national de riposte à la Covid-19.

Selon le coordonnateur du projet Lisungi, Alfred Constant Kiakouama, en charge d’exécution de ces opérations, il y a des ménages qui doivent attendre avant de passer au guichet, le temps de compléter les informations qui manquent de précision dans leurs dossiers. Le maire de la ville a cinq jours pour boucler le travail.

Pour sa part, la ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire a appelé les bénéficiaires à la vigilance pour ne pas céder aux arnaqueurs qui envoient des messages téléphoniques promettant des facilités, une manière de les escroquer. Dans le département des Plateaux, après Djambala, Antoinette Dinga-Dzondo mettra le cap sur Gamboma et Ngo le 1er mars. Ces localités ont respectivement 3115 et 2077 bénéficiaires.