Lancement de l’assistance alimentaire d’urgence aux populations démunies dans le cadre du projet Telema

La ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire, Antoinette Dinga Dzondo, a lancé officiellement le samedi 25 avril, à la Mairie de Ouenzé à Brazzaville, devant administrateur maire dudit arrondissement, monsieur Marcel Nganongo, l’assistance alimentaire d’urgence aux populations vulnérables dans le cadre du projet Telema.

Cette assistance qui à terme concernera l’ensemble des populations vulnérables des grandes villes du Congo, sous diverses formes, commence avec les 6000 bénéficiaires (personnes âgées vivant seul et les structures d’accueil des enfants vulnérables) identifiés à Brazzaville, Pointe-Noire et dans le Pool (Kinkala, Goma Tsé-Tsé, Kintélé et Ignié), lieux d’implantation du projet Telema. Pour ce faire, ce projet a bénéficié d’un financement de 200 millions de francs CFA octroyés par l’Agence Française de développement.

Le kit alimentaire est constitué des vivres et non vivres tels que : riz, poissons salés, boites de sardines, pattes, sel, huile, lait en poudre, sucre et de l’eau minérale et des savons. Des kits ont été constitués de façon à permettre aux populations bénéficiaires de tenir pendant un mois.

Après le lancement de l’activité dans la salle de mariage de la mairie, la ministre Antoinette Dinga-Dzondo a personnellement remis des kits alimentaires ainsi que des masques alternatifs de protection à deux femmes âgées, résidant dans le cinquième arrondissement de Brazzaville, Ouenzé.

A propos de ce don, la ministre en charge des affaires sociales a souligné ce qui suit :« L’opération que nous lançons aujourd’hui concerne les vingt et une localités retenues dont dix de Brazzaville, sept de Pointe Noire et quatre du Pool. A cause de la limitation de circulation, nous ne pouvons pas faire toutes ces localités mais les responsables administratives feront le travail ».

Ainsi, il revient aux maires des localités concernées d’assurer le relais dans la distribution des kits dans leurs localités respectives avec l’appui des agents sociaux de leurs circonscriptions administratives.

S’exprimant au nom de tous ses collègues, l’administrateur de Ouenzé, Marcel Nganongo a remercié le gouvernement à travers le ministère des affaires sociales pour cette assistance à destination des populations ayant des difficultés à se nourrir suite aux restrictions imposées par les pouvoirs publics. Il a promis que ses services mettront tout en œuvre pour que cette aide parvienne à ses destinataires.

Après Ouenzé, la ministre et sa suite s’est renduit à la mairie de Poto-Poto pour faire le même geste auprès de l’administrateur maire du troisième arrondissement de la ville capitale.

Pour assurer cette assistance alimentaire, le ministère des affaires sociales et de l’action humanitaire a bénéficié par l’entremise du projet Telema d’un financement de l’Agence Française de Développement (AFD) d’un montant de 200 millions de francs CFA.

Coronavirus : assistance alimentaire à la force publique et aux établissements de santé

Dans le but d’accompagnement des services qui sont en première ligne de la lutte contre le coronavirus, le ministère des Affaires sociale et de l’Action humanitaire a offert des vivres à la gendarmerie, aux forces armées congolaise (Fac), à la police nationale ainsi qu’aux hôpitaux de Brazzaville.

La distribution des produits par la ministre Antoinette Dinga-Dzondo, en personne, s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement des services qui travaillent nuit et jour pour faire observer et appliquer les mesures gouvernementales de la lutte contre la pandémie du coronavirus. C’est également une manière de débuter la redistribution des différentes vivres reçues par l’Etat Congolais.

Au total, dix bœufs, mille cinq cent packs d’eau minérale, neuf sacs de sel, quatre cent vingt litres d’huile, vingt-cinq sacs de riz, treize cartons de javel puis treize autres cartons de détergents ont été partagés, respectivement au quartier général de la Gendarmerie Nationale, à la direction générale de la police, à la direction centrale du commissariat des Forces Armées Congolaises et à l’hôpital central des Armées Pierre Mobengo.

Les différents bénéficiaires ont signifié que ces dons permettront, tant soit peu, de nourrir et booster l’esprit de leurs collaborateurs. « Nous sommes en première ligne avec tous les risques possibles. Les contraintes du soutien logistique et alimentaire s’imposent évidemment à nous. Ceci n’est pas seulement un geste, mais une solution ainsi, nous vous remercions pleinement puisque ce don ira droit dans nos chambres froides », a indiqué le colonel Bellarmin Ndongui de la gendarmerie nationale.

Au nom de la direction générale de la police, le colonel Didace Yobi a abondé dans le même sens que son collègue de la gendarmerie pour rappeler que ce don est une manière de renforcer la logistique de la force publique dans le cadre de la lutte contre le covid-19.

Le plus grand lot de ces vivres a été remis au ministère en charge de la Santé où après réception, la ministre Jacqueline Lydia Mikolo, accompagnée d’Antoinette Dinga-Dzondo a, effectué la distribution selon les hôpitaux retenus.

« Cette fois ci, on ne pense pas seulement aux malades, mais aussi et surtout aux personnels de santé qui travaillent tous les jours. Ces colis sont destinés à la nutrition des agents, puisque tous les sites de prise en charge assurent la nutrition du personnel, merci beaucoup à madame la ministre » a expliqué Jacqueline Lydia Mikolo.

A en croire Antoinette Dinga-Dzondo, le Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville a, en dehors de l’huile, du riz, du savon, du sel, des détergents et de l’eau ; bénéficié deux bœufs. Les hôpitaux de Makelékelé, Bacongo, Mfilou, Talangaï et Blanche Gomez ont reçu un bœuf chacun ainsi que d’autres vivres.

Notons que les mêmes lots des vivres ont été offerts aux enfants vivant dans les structures publiques de prises en charge des démunis.

Eco Oil Energie au chevet des personnes vulnérables avec un don de 175 mille litres d’huile de cuisine

La ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo a reçu le 23 avril 2020 à Brazzaville dernier du directeur du développement et des projets d’Eco Oil Energie, Éric Raulet, un don de cent soixante-quinze mille litres d’huile de cuisine, d’une valeur marchande de 300 millions FCFA.

Cette donation est destinée aux personnes vulnérables ; au titre du Fonds national de solidarité.  Réceptionnant le don, au nom du gouvernement et en présence du directeur de cabinet du Premier ministre, Rigobert Maboundou, la ministre en charge des Affaires sociales a salué cette marque de solidarité d’Eco Oil Energie réputée dans la production d’huile végétale.

« Nous vous remercions, vous faites déjà beaucoup en servant la population congolaise. Aujourd’hui, vous avez répondu à l’appel du chef de l’Etat avec un don évalué à 300 millions FCFA. C’est une assistance très remarquable. Transmettez au président directeur général de votre société nos remerciements et notre reconnaissance. Le gouvernement demeure sensible à ce geste », s’est félicité Antoinette Dinga-Dzondo.

Placée dans des cubitainers de 1000 litres chacune, cette huile sera reconditionnée par la société Ragec qui a mis à la disposition du gouvernement ses installations et son personnel. L’entreprise s’est engagée, en une semaine, à reconditionner ces produits dans de petites bouteilles.

Remettant le don, Éric Raulet a rappelé qu’à travers cette contribution, le président directeur général de Eco Oil Energie, Claude Wilfrid Etoka, a répondu à l’appel du président de la République en cette période difficile. Cette donation vient, a-t-il dit, contribuer à la lutte contre le Covid-19 et ses effets sur les populations congolaises.

« Nous vivons au Congo une période très compliquée avec la pandémie du coronavirus qui émerge et commence à faire des dégâts. Nous nous sommes rapidement rapprochés des ONG, notamment du PAM qui nous a fait état qu’avec les restrictions de circulations et le confinement, il y avait déjà à travers le Congo environ 300 mille ménages impactés, notamment dans les grands centres urbains que sont Pointe-Noire et Brazzaville », a expliqué le directeur du développement et des projets d’Eco Oil Energie.

Notons qu’après la mise en bouteilles, la distribution des produits reviendra à la société Eco Oil Energie qui promet de faire la ronde des douze départements que compte le Congo.

De son côté, le directeur général de Ragec a assuré les autorités que le délai d’une semaine sera tenu d’autant plus que le travail commence dès le 24 avril. « Nous mettons à disposition notre usine et notre personnel et tout ce qui est nécessaire afin de pouvoir reconditionner ces grands emballages en petites bouteilles en vue d’atteindre le maximum de ménages possibles. Nous demandons aux autres industriels, à toutes les sociétés de la place d’être aussi solidaires avec le gouvernement dans cette période difficile », a exhorté Samy Elsahely.

Dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus l’AFD fait un don de 368 millions au MASAH

La ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo, a reçu, le 20 avril à Brazzaville, des mains de l’ambassadeur de France, François Barateau, en présence de la ministre en charge de la santé, Jacqueline Lydia Mikolo, un échantillon des kits alimentaires qui profiteront à environ 5000 personnes vulnérables et des équipements de sensibilisation de la population sur le Covid-19.

Le gouvernement congolais avait sollicité et obtenu de l’Agence Française de Développement (AFD) de réorienter les fonds destinés au projet « Telema » à la prise en charge des personnes vulnérables dans le cadre de la riposte humanitaire au Covid-19. Le montant de l’aide octroyée par l’AFD au MASAH est de 368 millions de francs CFA. Les fonds alloués dans le cadre de la communication et mobilisation sociale ont permis au Ministère en charge des affaires sociales d’élaborer une stratégie et un plan d’action dans le but de sensibiliser les populations sur les gestes barrières et le confinement.

 Sur l’origine de cette aide, la ministre en charge des Affaires sociales explique « Nous ne pouvons plus exécuter les activités prévues dans le cadre du projet Telema à cause de cette pandémie. Nous avons donc souhaité utiliser ces fonds en faveur des personnes vulnérables notamment dans les hospices et les orphelinats pour leur permettre de mieux passer le confinement. »

L’aide remise par la France est composée d’une part du kit alimentaire constitué, entre autres, de 2000 sacs de riz, 1200 cartons de poisson salé, du sucre, de l’huile, des boites de conserve et de d’autre part des équipements de mobilisation sociale pour sensibiliser les populations sur le respect des gestes barrières afin de briser la chaine de contamination du Covid-19. A cela il faut ajouter un kit d’hygiène et de protection composé des masques, des dispositifs de lavement de main, des savons liquides et des thermo flashs.

Ces supports seront répartis dans toutes les 113 circonscriptions d’actions sociales repartis dans les douze départements du pays. Toutefois, compte tenu de l’ampleur de la pandémie, Brazzaville et Pointe-Noire bénéficieront d’un lot plus important que les autres départements. Les kits alimentaires seront, quant à eux, distribués dans les départements de Brazzaville, de Pointe-Noire et du Pool tandis que les kits de sensibilisation concernent les douze départements du pays.

« Les équipes des mobilisateurs seront composées des agents sociaux (400) et des crieurs grands publics (250), crieurs recrutés selon des critères bien définis (…). Le travail des mobilisateurs va consister au placement des banderoles, à l’affichage, à la distribution des flyers et l’explication à l’application des sept gestes barrières et du respect du confinement, » a expliqué le directeur général des affaires sociales, Roch Christian Mabiala.

« La France est animée par un élan de solidarité vis-à-vis du Congo dans la mise en œuvre du plan de riposte au Covid-19 », a indiqué l’ambassadeur de France au Congo s’exprimant sur ce don financé par l’Agence française de développement. Le diplomate français a par ailleurs annoncé un appui de 200 millions de FCFA au Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville en vue de permettre à la structure d’améliorer les conditions de prise en charge du Covid-19.

La ministre en charge de la Santé, Jacqueline Lydia Mikolo, a salué l’appui de la France dans la résolution d’un certain nombre de problèmes liés à la prise en charge de la pandémie. Avant de déclarer que les agents sociaux disposent maintenant des outils nécessaires pour sensibiliser l’ensemble des congolais sur la pandémie du Covid-19.

Plus de 100.000 ménages congolais bénéficieront des allocations d’urgence

Les allocations alimentaires d’urgence concernent 50.000 ménages à Brazzaville, 30.000 à Pointe-Noire et 20.000 dans les autres départements selon la densité de la population.

La stratégie de versement définie par le ministère des Affaires sociales et de l’action humanitaire a été présentée le 17 avril aux administrateurs-maire de la capitale. L’allocation alimentaire d’urgence par ménage est de 50.000FCFA. Les ménages éligibles sont ceux dont le chef, travaille dans le secteur informel notamment le transport, la restauration, le bâtiment, ayant perdu leur principale source de revenus. Les ménages ayant des personnes vivant avec handicap, des enfants de 0 à 18 ans et ceux dont les responsables sont des retraités qui n’ont pas perçu leur pension il y a au moins trois ans.

D’autres critères d’éligibilité s’ajoutent à ceux précités. Il faut notamment être de nationalité congolaise ou être un étranger vivant régulièrement au Congo, disposer d’un code d’identification de ménage issu du registre social unique, avoir été déclaré éligible à l’issue des enquêtes sociales pour les nouveaux ménages, être enregistré auprès de l’autorité de base en l’occurrence un chef de bloc doté de registres d’enregistrement…

Pour percevoir l’allocation il y a des étapes à franchir. Les chefs de zone vont distribuer les cartes de registre social unique dans les zones déjà couvertes par le projet Lisungi. Les chefs de bloc enregistrent, quant à eux, les ménages et une équipe sera mise à la disposition de chaque quartier pour assurer les transferts électroniques des données au serveur du projet Lisungi. Les ménages enregistrés feront d’une enquête sociale rapide réalisée par les agents sociaux.

« Nous devons travailler avec rigueur pour que cet argent parvienne aux bénéficiaires, notamment ceux qui sont réellement dans le besoin », a indiqué la ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo, s’adressant aux différents acteurs impliqués dans l’opération.

Le paiement des allocations se fera de manière électronique pour éviter les attroupements de sorte à respecter les mesures barrières édictées par le gouvernement pour briser la chaine de contamination du Covid-19. Il est prévu que l’enregistrement se fasse en deux jours, la vérification a autant de jours de sorte le paiement commence le plus tôt possible.

D’autres allocations viendront compléter celle-ci à savoir : l’assistance alimentaire à près de 6000 personnes à travers le projet Telema dans les départements de Brazzaville, Pointe-Noire et le Pool. Les partenaires du système des Nations Unies, notamment le PAM et le PNUD procéderont au Cash transfert à plus de 8000 ménages de Talangaï et de Makélékélé.

Covid-19 : le gouvernement assiste les personnes vulnérables et les étudiants

La ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo, a remis le 6 et 7 avril à Brazzaville des vivres aux personnes démunies et aux étudiants résidant dans les cinq campus de l’université Marien-Ngouabi.

L’initiative vise à assurer l’accompagnement des couches sociales fragiles en cette période de confinement qui est une des mesures édictées par le président de la République afin d’éviter la propagation de la pandémie à coronavirus (Covid-19).

Par ailleurs, bien avant l’entrée en vigueur du confinement, les étudiants résidant dans les campus universitaires, à l’image des autres Brazzavillois, ont quitté la capitale. En date du 7 avril, l’on dénombrait environ 760 étudiants confinés dans les cinq campus de l’université Marien-Ngouabi.

La ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire a remis des vivres à ces derniers, ainsi que les gels hydro-alcooliques et bien d’autres intrants hygiéniques. « Nous sommes satisfaits de cet élan de solidarité que le gouvernement affiche vis-à-vis des étudiants », a déclaré l’étudiante Dellau Thystère Vani, du campus de l’Ecole normale supérieure dit « La forêt ».

Face aux étudiants, la ministre Antoinette Dinga-Dzondo a insisté sur le respect des mesures barrières. « Il ne faut pas prendre à la légère cette pandémie qui est une menace pour la santé au plan mondial. Le gouvernement est avec vous, à votre tour respectez les mesures édictées pour éviter la propagation du Covid-19 », a-t-elle dit.

Un jour plus tôt, la ministre a effectué le même geste en faveur des structures d’accueil et d’hébergement des enfants vulnérables et les hospices des personnes de troisième âge. Au nom de tous les bénéficiaires, Monsieur Joseph Bikié-Likibi, président du Réseau des Intervenants sur le Phénomène des Enfants en Rupture (REIPER) a remercié le gouvernement pour cette assistance en ces moments de confinement et assure que l’assistance sera utilisée à bon escient.

Outre Brazzaville, ce don du gouvernement, composé de vivres et des non vivre a concerné aussi les orphelinats, les hospices des personnes du troisième âge et d’autres centres d’accueil des personnes vulnérables de Pointe-Noire et Dolisie.

Cette occasion a permis à Madame Antoinette Dinga -Dzondo de présenter aux médias présents, les différentes activités que le Ministère en charge des affaires sociales va mener pour soulager les populations vulnérables dans les prochains jours.