Lancement de la Commission Administrative Paritaire : près de six cents dossiers attendus

La ministre des affaires sociales et de l’action humanitaire, Antoinette Dinga Dzondo, a lancé ce 12 mars à Brazzaville, les travaux de la Commission administrative paritaire (Cap), en vue d’examiner les questions relatives à la promotion, l’avancement, la révision des situations administratives et la reconstitution des carrières des fonctionnaires évoluant au département des affaires sociales.

La présente Commission Administrative Paritaire aura à traiter environ six cent dossiers des personnels portant sur les promotions, les promotions sur liste d’aptitude, les avancements, les révisions de situations administratives et les reconstitutions de carrières administratives.

C’est après six ans qu’est organisée au ministère des Affaires sociales et de l’action humanitaire la Commission administrative paritaire en vue de valoriser les ressources humaines y évoluant pour une meilleure gestion de carrière. « La dernière Cap au titre du ministère des Affaires sociales remonte au mois d’avril 2014. Celle qui s’ouvre aujourd’hui concerne les années allant de 2015 à 2020 », a expliqué la directrice générale de la Fonction publique Joséphine Bomandouki-Olingou Pourou. Selon elle, l’avancement d’échelon et de grade est non seulement un droit fondamental conféré aux agents de l’Etat mais aussi un facteur de motivation visant à améliorer le cadre de vie.

Traduisant la satisfaction des fonctionnaires de son département, la ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo, a salué l’initiative en souhaitant que le travail se fasse dans les meilleurs délais. Dans le cadre de l’action humanitaire, ces agents travaillent dans les conditions parfois risquées, a-t-elle rappelé. Il est donc normal de les motiver en apportant des solutions aux problèmes relatifs à leur carrière pour améliorer le cadre de vie et la performance au travail. Elle a tenu à rassurer les collaborateurs dont les dossiers ne sont pas encore à Brazzaville que cette obligation réglementaire primordiale se poursuivra jusqu’à la fin de l’année.

La promotion, l’avancement, la révision de situation administrative ou la reconstitution de carrière administrative dans la vie professionnelle d’un agent de la Fonction Publique est une source indéniable de motivation.

Au titre de l’année 2020, le ministère des Affaires sociales et de l’action humanitaire est la quatrième structure à tenir la Commission administrative paritaire.

Clôture du financement de 2 millions $ de la Chine en faveur des populations sinistrées du Pool

Cette assistance financière chinoise a permis l’amélioration de la sécurité alimentaire de 140 000 personnes, la réhabilitation de 542 étangs piscicoles, la réhabilitation de 120 km de routes rurales et la mise en place de 20 hectares de périmètres maraichers dans le département du Pool.

La signature du certificat de remise du don de 2 millions de dollars US qui a eu lieu ce 5 mars 2020 entre l’ambassadeur de la République Populaire de Chine, Ma Fulin et le représentant du Programme Alimentaire Mondial (PAM), Jean Martin Bauer, marque la clôture officielle du projet entamé en 2019. Cette signature s’est déroulée en présence de madame Antoinette Dinga Dzondo, ministre des affaires sociales et de l’action humanitaire, représentant le gouvernement congolais qui avait lancé l’appel à l’assistance dont la Chine avait répondu favorablement.

Ce projet financé par la Chine et exécuté par le PAM a permis à ce dernier de financer le programme de résilience qu’il mène dans les districts de Kimba, Vindza, Kindamba et Mayama afin d’accompagner les populations locales affectées par la crise à relancer leur production agricole. Ce programme s’appuie sur deux volets : l’assistance alimentaire des populations vulnérables d’une part (qui reçoivent du riz, des pois, de l’huile et du sel pour répondre à leurs besoins alimentaires immédiats), et la réhabilitation de pistes agricoles, d’étangs piscicoles et de périmètres maraîchers d’autre part, permettant ainsi de renforcer la sécurité alimentaire des ménages sur le long terme et aussi aux communautés bénéficiaires de diversifier leurs sources de consommation alimentaire ainsi que leurs revenus.

Le Ministère des Affaires Sociales et de l’Action Humanitaire et le PAM ont exprimé leur gratitude auprès de la République Populaire de Chine qui, après un nouveau don en décembre 2019 pour apporter une assistance aux populations sinistrées par les inondations dans le nord et le centre du Congo, devient un bailleur incontournable de l’action humanitaire en République du Congo.

L’Ambassadeur de la République Populaire Chine, au Congo, Ma Fulin, a promis que son pays continuera à apporter son assistance aux personnes les plus vulnérables en République de Congo.

Réunion de la coordination humanitaire sur les inondations : des nombreux défis restent à relever

Faire le point depuis l’appel à l’aide lancé par le gouvernement congolais en novembre dernier jusqu’aux activités menées il y’a peu et projeter les opérations futures, tel a été la quintessence de la deuxième réunion de la coordination humanitaire sur les inondations tenue ce vendredi 28 février 2020.

Les inondations sans précédent qui ont frappées le Congo en fin d’année dernière avaient conduit le gouvernement à déclarer l’état d’urgence humanitaire pour les quatre départements (Likouala, Sangha, Cuvette et Plateaux) et à appeler la communauté internationale à l’aide pour assister les populations sinistrées desdits départements. Ainsi, des opérations d’assistance humanitaire ont été lancées à la fois par le gouvernement que par les agences du système des Nations Unies dans le nord du pays.

S’exprimant en qualité de Coordonnateur humanitaire du système de Nations Unies, le Représentant du HCR au Congo, Cyr Modeste Kouamé, a déclaré que du lancement de l’appel le 19 novembre 2019 à aujourd’hui, les agences onusiennes n’ont pu que mobiliser que 26% des besoins estimés pour assister les populations sinistrées. Afin d’assurer l’assistance humanitaire d’urgence aux populations sinistrées (170.000 personnes) durant 3 mois, le Gouvernement et ses partenaires du Système des Nations Unies avaient estimé les besoins à hauteur de $30 131 411 soit 18.014.005.135 francs CFA.

A ce jour, le Gouvernement de la République du Congo a mobilisé 1 milliard de francs CFA et a reçu des dons de la Chine (291.000.000f CFA), des communautés maliennes et mauritaniennes en vivres et non vivres. Quant au système des Nations Unies, il a mobilisé les fonds à hauteur de : 11.000.000 dollars soit 7.000.000 de francs CFA.

Le Directeur de cabinet du ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, Christian Aboke-Ndza a fait le point sur les missions d’assistance humanitaire déployées par le gouvernement dans le nord du pays. Pour cette mission, une enveloppe de 400.000.000 frs CFA a été dégagé pour l’acquisition des vivres, des non vivres, des matériaux de construction et des médicaments. Mais cette aide n’a permis d’atteindre que 37% des sinistrées, ce qui signifie que près de 60% des bénéficiaires attendent encore.

Christian Aboke-Ndza a formulé un certain nombre de propositions ; dans le domaine alimentaire, garantir deux semestres d’assistance alimentaire aux populations suite à la destruction des plantations et à la décimation du bétail. Sur le plan sanitaire, il faut assurer une surveillance épidémiologique adéquate en vue de contenir la propagation des maladies hydriques. L’appui aux communautés touchées dans la reconstitution des moyens de transport nautique et dans la réhabilitation des infrastructures scolaires et sanitaires de base, la facilitation de la reconstitution des documents d’état civil détruits par les inondations, allongent la liste des actions à mener, qui ici n’est pas exhaustive.

Pour la ministre affaires sociales et de l’action humanitaires, Antoinette Dinga Dzondo les défis à relever dus aux inondations pour soulager les populations sont énormes. En effet, aux sinistrés du nord Congo, il faut ajouter ceux de Brazzaville, de Pointe-Noire et de Divenie, ce qui fait de près de 200.000 sinistrés en attente d’être secouru.