Les urgentistes du Pool en formation sur le mécanisme humanitaire

La ministre des affaires sociales et de laction humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo, a lancé ce 26 septembre 2019 à Kinkala, les ateliers départementaux sur le mécanisme humanitaire en République du Congo, instrument visant à doter les urgentistes départementaux  des nouveaux outils techniques afin daméliorer la gestion des situations humanitaires d’urgence.

Le mécanisme humanitaire dont le Congo s’est doté depuis deux (2) ans a pour objectifs, entre autres,  de préparer les réponses adéquates dans la gestion des situations humanitaires, de se prémunir contre des conséquences des catastrophes ou d’en amoindrir les risques, a expliqué la ministre Antoinette Dinga-Dzondo, à l’ouverture des ateliers départementaux sur le mécanisme humanitaire à Kinkala.

L’initiative, a-t-elle précisé, tire sa légitimité de la Constitution du 25 octobre 2015 en son article 210. « L’action sociale, la prévention, la réduction des risques et la gestion des catastrophes sont de la compétence des collectivités locales », stipule le texte. D’où la nécessité d’impliquer les responsables des services déconcentrés civils et militaires.

Ces ateliers qui débutent dans le Pool pour s’étendre dans d’autres localités du pays donneront aux participants les outils leur permettant de maîtriser la hiérarchie des niveaux de prise de décision, les procédures opérationnelles du mécanisme humanitaire. « Compte tenu des enjeux et des défis auxquels notre pays pourrait faire face, il est important de travailler en étroite collaboration avec tous les partenaires afin de mieux coordonner les efforts et rechercher ainsi les synergies dans la mise en œuvre des réponses », a indiqué la ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire.

Selon le représentant du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Cyr Modeste Kouame, le choix du chef-lieu du département du Pool est symbolique au regard du contexte humanitaire d’autant plus que la localité continue de mobiliser l’attention tant des autorités nationales que de la communauté internationale. L’agence onusienne a réitéré sa volonté d’accompagner le Congo dans ce combat. « Ce sera une longue marche pour couvrir les douze départements du pays. (…) Par ma voix, mon organisation réaffirme son engagement à accompagner le gouvernement congolais dans cette longue route de mise en place des comités départementaux et communaux des opérations humanitaires », a assuré le diplomate onusien.

Dans l’organisation des ateliers sur le mécanisme humanitaire, rappelons-le, le Congo bénéficie de l’appui du HCR. Le processus a débuté le 21 novembre 2017 avec la signature, entre les deux parties, du protocole d’accord sur la protection et l’assistance aux réfugiés et aux personnes déplacées internes en République du Congo. Le lancement de ces ateliers départementaux en est donc l’aboutissement pour permettre aux autorités déconcentrées de s’approprier le mécanisme humanitaire du pays en vue d’une meilleure gestion des urgences humanitaires.